Interview Sophie L'univers de Kahuet Ne perds pas espoir

Podcast interview #1 avec Sophie Kahuet

Aujourd’hui nous allons parler des mystères de la loi d’attraction et du pouvoir de la gratitude. Je dis nous car pour en parler j’ai l’honneur et l’immense plaisir d’accueillir Sophie Kahuet qui a accepté de répondre à mes questions et te partage à travers son parcours de vie riche en enseignements comment sortir du cercle des pensées négatives et cultiver ton propre bonheur. Comment attirer à toi des choses positives dans ta vie et pourquoi il arrive que la loi d’attraction ne marche pas. Nous aborderons également le danger des pensées négatives sur la santé, l’épanouissement personnel dans le couple et plein d’autres choses passionnantes.

Ce fut une première pour moi et j’étais tellement concentrée que j’en ai oublié que le micro enregistre non seulement ma voix mais aussi TOUS les bruits alentour, clavier, pad.. désolée ^^

Retrouve Sophie Kahuet sur:

Instagram: luniversde_kahuet (principal) Sophie.kahuet (développement personnel) Boutiquedekahuet (peinture)

Youtube: L’univers de Kahuet

Site web: luniversdekahuet.com

Podcast: soundcloud

Livres:

Mon joli Journal de Gratitude” journal de gratitude à compléter: disponible ici
“Ne perds pas espoir… car ce n’est pas un hasard si ce livre est arrivé jusqu’à toi” – Livre de développement personnel à paraitre aux éditions Guy Trédaniel

Pour noter ce podcast sur Apple Podcasts: Clique ici

Retranscription texte du podcast interview avec Sophie Kahuet

Houria: Sophie, bienvenu à toi sur Boulevard du Succès, je suis très heureuse de t’accueillir et merci d’avoir répondu à mon invitation

Sophie Kahuet: Merci, c’est avec plaisir

Houria: Pour les personnes qui ne te connaissent pas encore, est-ce que tu pourrais te présenter ?

Sophie Kahuet: Je suis Sophie Kahuet, j’ai 28 ans, j’ai un petit garçon de 5 ans et je fais des vidéos sur Youtube essentiellement de motivation, d’inspiration autour du développement personnel essentiellement. Et puis j’écris aussi des livres, là j’en ai un qui est en cours d’édition, dans une maison d’édition et puis j’ai là récemment publié un journal de gratitude à compléter sur Amazon 

Houria: J’ai vu ça effectivement, c’est super pratique, j’ai entamé un journal de gratitude et j’ai remarqué que j’arrivais jamais à continuer. Donc là je trouve que c’est vraiment une super idée. Parce qu’il est sur 3 mois c’est ça ? 

Sophie Kahuet: Oui, c’est un petit peu le problème qu’on a souvent c’est qu’on commence et puis on continue pas forcément du coup là le challenge c’est justement de se dire c’est que 3 mois et puis finalement de 3 mois en 3 mois ça permet de continuer sur la durée

Houria: Quel est ton parcours de vie ? 

Sophie Kahuet: Il est pas comme tout le monde dans la mesure où j’ai surtout appris de mes expériences personnelles, de ma vie privée. J’ai eu quelques épreuves, notamment celle de la maladie. Ceux qui me suivent sont plus ou moins au courant, j’ai été diagnostiqué y a de ça 3 ans de la maladie de Crohn et à un stade assez sévère. Donc ça a été une grosse claque à ce moment-là dans ma vie, sachant que j’étais déjà en plein divorce et en dépression nerveuse totale. Donc c’était un peu la cerise sur le gâteau, et bizarrement ça m’a remis debout

Houria: Ah oui

Sophie Kahuet: Oui, un petit temps d’adaptation quand même parce que c’est pas une super-bonne nouvelle. Mais c’est vrai que ça m’a remis sur le droit chemin on va dire

Houria: Ça a été le déclic finalement

Sophie Kahuet: C’est ça, pour moi la maladie a été salvatrice

Houria: C’est souvent ça, quand on touche le fond, c’est la vie qui nous bouscule pour se prendre en main finalement 

Sophie Kahuet: Exactement et puis c’est souvent quand on touche le fond justement qu’on peut rebondir 

Houria: C’est ça

Sophie Kahuet: Et oui complètement, donc voilà mon parcours a été jusqu’à maintenant assez tumultueux et puis ces dernières années ça va il s’est un peu calmé

Houria: Justement, j’ai lu ton livre et je l’ai trouvé vraiment passionnant, d’ailleurs ça m’a beaucoup aidé à adopter une attitude positive et ce qui est vraiment extraordinaire c’est que ça marche, tout ce que tu partages dans ton livre c’est pas juste des pensées positives, un petit peu monde bisounours parce que quand on parle un peu de ça les gens de prime abord imaginent que c’est plutôt un monde de rêveur mais finalement c’est carrément thérapeutique 

Sophie Kahuet: C’est complètement ça, c’est qu’on a tendance aussi à associer un petit peu toutes cette sphère à des théories un peu New Age alors que pas du tout. De mon côté je m’intéresse énormément aux travaux de Joe Dispenza et des neurosciences qui en parlent avec un point de vue beaucoup plus scientifique et beaucoup plus sérieux et ça confirme absolument toutes ces lois qui sont pas si mystiques que ça en fin de compte, ça fonctionne complètement

Houria: À travers ton livre, tu expliques comment, le fait d’entretenir des pensées négatives à longueur de temps, de journée, créé justement des choses négatives dans notre vie. Ça m’amène à la question, quelle est ta définition de la loi d’attraction ?

Sophie Kahuet: La loi d’attraction c’est compliqué à définir parce qu’on en entend beaucoup parler à droite à gauche. En fait la loi d’attraction,  je vais prendre un exemple que j’aime bien prendre en général parce que je trouve qu’il est assez explicite. C’est une bonne métaphore, c’est une personne qui va avoir un accident de voiture par exemple, elle va se demander pourquoi j’ai eu un accident de voiture? Si elle s’intéresse déjà un petit peu à tout ça bien sûr, alors que je ne l’ai pas cherché, je ne l’ai pas voulu, j’y ai pas pensé et je me suis pas dit je veux avoir un accident de voiture. Donc pourquoi si la loi d’attraction attire ce à quoi on pense le plus souvent et ce qu’on ressent le plus souvent pourquoi j’ai attiré cet accident de voiture finalement ? Et en fait souvent la personne si on l’a questionne on va lui demander qu’est-ce que t’a ressenti quand t’a eu cet accident de voiture?

Et alors selon les personnes ça peut être de la peur, de la colère, de la tristesse et souvent en fait et bien c’est exactement les émotions que la personne éprouvait les jours d’avant, ou les émotions qu’elle était souvent en train d’éprouver ces derniers temps en fait. Et c’est pour ça que la vie, c’est comme ça que ça marche la loi d’attraction lui a amené un évènement supplémentaire pour lui faire ressentir à nouveau ces émotions. Donc c’est pour ça en fait que quand on a tout le temps des émotions négatives des pensées négatives par le principe de la loi d’attraction, c’est pas parce qu’on le veut, c’est parce que ça fonctionne comme ça, on ne va jamais cesser d’attirer que des évènements qui vont nous faire continuer à ressentir ces émotions négatives

Et à l’inverse, c’est pour ça que je prône vachement la gratitude, si jamais on a des sentiments de gratitude au quotidien qu’on est souvent reconnaissant, et bien en fait la vie va nous apporter des évènements qui vont nous faire ressentir encore plus reconnaissant et plein de gratitude. Parce que ce sont les ressentis qui comptent le plus parce qu’une pensée isolée de toute émotion elle a aucun impact.

Houria: Donc finalement la gratitude ça serait un outil pour activer cette loi d’attraction mais cette fois en notre faveur 

Sophie Kahuet: Pour moi la gratitude c’est même plus que ça, c’est un accélérateur, parce qu’en fait on peut simplement s’en tenir à se sentir simplement bien, mais la gratitude parmi tout le panel d’émotions c’est une des émotions les plus fortes. La gratitude, l’amour ce sont des émotions qui sont vraiment très très puissantes au niveau création, si on peut appeler ça comme ça. C’est très puissant au niveau des vibrations, des ondes que ça émet. Donc c’est vrai que la gratitude c’est quelque chose qui permet vraiment de pouvoir faire manifester encore plus de belles choses dans sa vie 

Houria: D’ailleurs j’ai vu une expérience scientifique (1), y avait 2 groupes, 1 groupe on leur a demandé d’écrire chaque jour pourquoi ils étaient reconnaissants, pourquoi ils éprouvaient de la gratitude et l’autre groupe, ils avaient pas à écrire ça et les personnes qui ont éprouvé de la gratitude et qui ont justement écrit, mis leur mot sur papier et bien ont eu plus de choses positives dans leur vie 

Sophie Kahuet: Oui exactement, je crois que je l’ai relaté dans mon livre d’ailleurs. Effectivement c’est vrai, c’est quelque chose qui a un impact. J’appelle ça un placebo à l’échelle de l’univers. Pour moi la loi d’attraction, c’est un petit peu comme un placebo sauf qu’au lieu que ça a une action que sur le corps ça a une action sur tous les évènements de notre vie c’est-à-dire que quand on va prendre une gélule en pensant que ça va être un bienfait pour notre corps, ça va engendrer des bienfaits pour notre corps. La loi d’attraction c’est pareil, on pourrait l’exercer en pratiquant la visualisation ou la gratitude au quotidien etc…  Ce sont des pilules qui vont faire manifester dans notre vie des bienfaits sur un plus large spectre que simplement le corps physique 

Houria: C’est extraordinaire de savoir toute la puissance de notre cerveau

Sophie Kahuet: On s’en rend pas compte, oui c’est très très puissant. Ça me passionne, quand j’ai découvert toutes ces sciences et surtout tout ce qui englobe les neurosciences et franchement c’est passionnant, je pourrais ne jamais m’arrêter de m’intéresser à tout ça

Houria: Justement j’ai découvert toutes ces thématiques-là à travers ton livre et dès que j’ai appris ça j’ai dit “mais c’est génial” donc ça m’a donné envie d’en savoir plus j’ai continué mes recherches lu d’autres livres et donc rien que pour ça merci parce que ça m’a beaucoup apporté 

Sophie Kahuet: Merci à toi de me dire ça, ça me fait plaisir, c’est un des buts du pourquoi j’ai écrit mon livre c’est pour justement, montrer aux gens qu’il existe d’autres solutions, d’autres options à la dépression. Parce que souvent on a tendance à se recroqueviller sur soi-même à se dire qu’il y a pas de solution, qu’on va jamais s’en sortir, que c’est foutu et en fait c’est la pire des choses à faire que de penser comme ça et c’est tout un travail de réapprendre à bien penser. On nous apprends pas ça à l’école, on nous apprends pas à bien penser. C’est pas juste penser positivement, c’est vraiment penser correctement et c’est totalement différent. C’est tout un travail

Houria: Et donc pour une personne qui serait vraiment, je dirais emprisonnée dans ses pensées négatives, qui ressassent le passé et repassent le film encore et encore. Quel conseil, le premier conseil que tu donnerais pour une personne qui est dans cette situation pour sortir, briser ce cercle de pensées négatives

Sophie Kahuet: Une des premières choses là qui me viendraient que je pourrais lui conseiller c’est de détourner son attention de ça par n’importe quel moyen. C’est une méthode basique ça peut paraître simple mais c’est vraiment par là que ça commence, quand on est trop trop trop concentré sur quelque chose de négatif on ne voit que ça, on ne peut voir que ça d’ailleurs. C’est même pas une question de volonté c’est qu’on arrive à un stade où on ne peut plus faire autrement, on ne voit plus que ça. Donc l’idée, c’est si cette personne-là elle est entourée d’amis ou de proche, c’est peut-être de l’inviter, de lui proposer de faire des actions, des activités à l’extérieur, d’essayer de lui changer les idées vraiment.

Alors ça peut paraître un peu fastidieux mais, si cette personne-là aussi essaye de faire un travail sur elle parce que bien sûr on est les seuls à pouvoir s’aider. Ou même si la personne pour elle-même qu’elle se change les idées, qu’elle regarde des vidéos drôles, qu’elle regarde des sketchs, des choses qui vont la faire rire. Tout ça c’est des petites actions qui ont l’air de rien comme ça mais qui vont, mis bout à bout faire que déjà son état d’esprit va commencer à changer et là après elle va pouvoir enclencher un vrai travail pour réformer ses pensées. Mais au début il faut essayer de détourner son attention. C’est comme un enfant qui va chez le dentiste, on va lui détourner son attention pendant que le médecin va lui faire la piqûre et puis du coup il va moins la sentir. C’est comme ça que je le vois en tout cas 

Houria: Justement tu parles de détourner son attention ça me fait penser au film Le Secret. On voyait une dame (2) en fait qui était malade, on lui avait diagnostiqué une maladie, elle regardait des films drôles et c’est comme ça qu’elle est guérie

Sophie Kahuet: Très bon exemple, je me souvenais pas de ce passage-là dans le documentaire

Houria: Et d’ailleurs, c’est scientifique (3), le stress c’est mauvais pour notre corps

Sophie Kahuet: Eh oui, mais c’est claire qu’il y a même toute une thérapie du rire, alors je connais pas vraiment bien comment ça fonctionne mais en tout cas c’est vrai que ne serait-ce que par notre posture, on induit des informations à nos cellules. Donc forcément si on est en pyjama toute la journée et qu’on est recroquevillé sur soi, notre corps l’interprète de cette façon-là et reçoit les informations comme telles.

Alors que si au contraire on commence à essayer de reprendre un peu son poids, de regarder des choses qui nous font rire, le fait de sourire…. il y avait même une étude (4), qui avait montré que des personnes on leur avait mi juste un crayon à papier entre les dents, c’est comme si elles souriaient mais faussement et alors je sais plus de quelle manière ils avaient mesuré ça mais, ils avaient mesuré je crois leur taux de stress diminué ou quelque chose comme ça.

Donc vraiment, c’est des petits riens, on a vraiment pas idée à quel point ça peut avoir un impact sur nous, mais c’est des petits riens qui changent tout. Et complètement, là cet exemple que tu me donnes de cette femme qui est guérie en regardant des vidéos drôles, ça me fait rire mais ça ne m’étonne même pas en fait 

Houria: On conseille de penser positif, le positif amène le positif, mais parfois y’a des personnes qu’ont beau penser positif ça ne marche pas. Pourquoi elles n’arrivent pas à attirer à elle ce qu’elles veulent ?

Sophie Kahuet: Il y a beaucoup de raison à ça, déjà on n’a pas tous la même histoire de vie, on n’a pas tous le même parcours de vie donc forcément y’a des personnes pour qui y a des choses qui se sont encré en elle. Des habitudes de pensées, des schémas même je dirais de pensées, des comportements qui font que du jour au lendemain c’est juste pas possible de pouvoir d’un coup penser positivement et attirer à soi ce qu’on veut. C’est vraiment comme je le répète c’est tout un cheminement, c’est tout un travail et ça se fait pas du jour au lendemain.

Maintenant, ça peut aussi ne pas marcher parce que la personne est tout simplement pas convaincu. Et moi même, à travers tous les chemins que j’ai parcouru j’ai souvent été éprise du doute, de me demander parfois mais est-ce-que je me fais pas des illusions à croire à tout ça. Et donc en fait ce qui faut savoir c’est que dès l’instant qu’on doute c’est comme si on changeait la fréquence sur laquelle on est.

C’est comme une radio en fait la loi d’attraction si vous voulez on est sur des fréquences, les pensées quand on pense on émet des fréquences, donc si on pense des choses positives on est sur des fréquences positives donc on est sur la radio positive on va dire. Donc quand on est sur cette fréquence-là, on peut s’attendre à ce que des choses positives nous arrivent. Maintenant si jamais d’un coup on doute, ça change directement notre fréquence donc on se retrouve sur la fréquence négative comme à la radio. Donc sur cette fréquence-là il peut pas y avoir des choses positives qui nous arrivent. Sur une radio d’info trafic on va pas avoir de la musique on va avoir de l’info trafic et s’attendre à ce qu’on est de la musique, ça serait complètement incohérent.

Donc ce qui est compliqué c’est de rester positif suffisamment longtemps parce qu’il y a toujours un temps de tampon entre le moment ou on émet des pensées, des sentiments et des émotions positives et le moment ou y a réellement des choses qui vont se manifester dans notre vie. Ça c’est des choses que je n’explique pas et ça relève d’un mystère encore plus grand, mais c’est sur que c’est pas de la magie, je veux dire on est pas là à faire apparaître des choses.

Mais par contre c’est sur que si on vacille tout le temps entre un état d’esprit positif et négatif, c’est comme si on faisait du surplace. Donc on peut pas s’attendre à ce qui se passe des choses. Donc le premier but c’est de réussir déjà à retrouver un état d’esprit positif le plus durablement possible et le plus souvent possible.

Et c’est pour ça que je conseille, enfin c’est même plus qu’un conseil, c’est que j’invite vraiment les gens à rebondir le plus vite possible face à des situations difficiles. Parce qu’en soit, c’est pas très grave d’être malheureux, faut pas tomber dans l’extrême, de se dire olala faut que toujours tout aille très bien, non la vie c’est pas ça non plus, la vie c’est un équilibre.

Maintenant il faut savoir rebondir vite, c’est-à-dire y a quelque chose qui nous arrive, ça va pas, on a le droit d’être malheureux, on a le droit d’être triste, ça a une raison d’être la tristesse, c’est aussi un moyen de lâcher prise, de décompresser. Mais il faut pas tomber dans une dépression parce que quand les émotions négatives s’installent, ensuite c’est là qu’on va commencer à ancrer des nouveaux schémas de pensées et des nouvelles habitudes de comportements, d’humeur, d’émotions.

Donc là danger, il faut rebondir vite pour justement, ne pas laisser place à ces émotions-là et jusqu’à ce que ça arrive à un point de non-retour où là comme dans mon cas, c’est ce qui m’est arrivé, il peut y avoir des maladies qui se déclenchent. Ça c’est aussi le pourquoi j’essaie de faire passer ce message-là, parce que les chocs émotionnels réellement ça peut induire des maladies graves, des maladies auto-immune, des cancers. C’est pas pour effrayer que je dis ça mais c’est une réalité

Houria: Je trouve que c’est vraiment important que t’a abordé ça dans ton livre parce que moi ça m’a fait prendre conscience que c’est important d’avoir des émotions positives pour notre santé, rien que pour ça

Sophie Kahuet: Exactement

Houria: Au moins pour préserver sa santé

Sophie Kahuet: C’est exactement ça. Quand on m’a diagnostiqué la maladie, j’étais dans un état tellement lamentable que je me suis dit mais mon Dieu j’ai passé un temps monstrueux à déprimer, à pas me sentir bien, mais pourquoi en fait ? Pourquoi, je ne sais pas.. et en fait c’est malheureux d’en arriver à tomber malade pour s’en rendre compte. Je le dis souvent on apprend soit dans l’épreuve soit dans la sagesse. J’ai bien appris dans l’épreuve ça y a pas de doute, mais c’est quand même mieux d’apprendre dans la douceur et dans la sagesse et on apprends qu’on le veuille ou non on apprend.

Donc c’est mieux d’apprendre dans la douceur et en l’occurrence le fait de se rendre compte de ça, moi je me suis dit mais je ne peux plus m’autoriser à être mal, à me sentir mal, à déprimer, parce qu’en faisant ça, je ne me respecte pas, je respecte pas mon corps et je me fais du mal et c’est pas correct de se faire ça à soi-même. On peut pas s’autoriser à s’autodétruire comme ça, ça n’a pas de sens, parce que c’est clairement de l’autodestruction. Et d’ailleurs le comble c’est que j’ai une maladie auto-immune donc une maladie d’auto-destruction concrètement

Houria: Ça fait vraiment méditer ce qui t’est arrivé et du coup ça te permet d’aider des centaines de personnes et de leur lancer le message faites attention à vos émotions 

Sophie Kahuet: C’est un petit peu le message principal oui que j’essaye de transmettre sans parler loi d’attraction ou quoi que ce soit parce que vraiment ça, c’est quelque chose qui est prouvé scientifiquement c’est ni plus ni moins que l’effet placebo. À force d’avoir des émotions négatives, à force de penser à des choses négatives on les attire à soi, on crée en nous des maladies. Et d’ailleurs, c’est marrant parce que moi y a beaucoup de médecin à chaque fois qui me demandait est-ce qu’il vous est arrivé quelque chose récemment qui vous a atteint psychologiquement ? Et à chaque fois je leur disais oui je suis en plein divorce.

Et ça les étonnait pas parce qu’en fait très très souvent c’est aux alentours des 6 mois après un choc émotionnel que souvent on retrouve des maladies qui se développent. Très très très souvent, y a des études la-dessus qui ont été relaté donc ça fait quand même vachement réfléchir. Faut pas tomber dans la parano non plus, on a le droit d’avoir un petit coup de déprime de temps en temps mais ça avertit sur le fait d’apprendre à gérer vraiment ses émotions, son humeur et puis essayer de se faire du bien le plus possible

Houria: Donc finalement si je résume, avoir un petit coup de déprime ça c’est rien c’est humain mais entretenir H24 des émotions destructrices là faut réagir 

Sophie Kahuet: Voilà faut réagir et après je suis consciente que c’est pas forcément évident de réagir quand on est déjà dans le mal on va dire parce que des fois on en a pas tout simplement conscience. Moi ça a été mon cas  et c’est dommage parce que du coup on gâche une grosse partie de son énergie à faire marche arrière en fait, on avance pas quand on est dans cet état d’esprit. On avance pas du tout, on crée rien de constructif, de positif

Houria: Lorsque tu as eu ce déclic, quelle découverte t’a fait prendre conscience de tout ça ?

Sophie Kahuet: J’ai découvert ça à travers Le Secret de Rhonda Byrne. Alors c’est connu maintenant et on en parle pas mal mais pas forcément en bien d’ailleurs et je peux comprendre parce que c’est du sensationnel c’est à l’américaine. On sent qu’il y a une grosse machine à fric derrière , voilà y a beaucoup de marketing derrière et c’est vrai que ça peut décrédibiliser la chose mais je suis quelqu’un qui essaye toujours de prendre le bien là où il est et de laisser le mauvais de côté. Donc je me suis intéressée au fond du message et pas forcément à la forme et c’est à partir de là que j’ai découvert tout cet univers.

Et en fait c’est comme si j’avais pu reprendre le contrôle de ma vie parce que j’étais à un moment ou clairement y avait tout qui s’accablait sur moi. J’avais l’impression que j’étais plus maître de rien, que j’étais impuissante que je pouvais rien n’y faire. J’étais à 38 kilos, je me vidais tous les jours de mes tripes, c’est cru pardon. Je me retrouvai seule avec un enfant en bas âge et j’étais désespérée, vraiment désespérée. Les médecins qui me laissaient pas vraiment le choix que de faire une thérapie, un traitement très très lourd.

Donc c’est vrai que quand j’ai découvert ça c’est comme si ça m’avait rallumé un petit peu une lumière en moi et je me suis dit mais attend, on se calme, c’est vrai en fait, j’ai le choix, je peux encore décider et je peux peut-être encore changer les choses. Tout n’est peut être pas figé et je peux encore avoir du pouvoir sur ça donc franchement ça m’a aidé à pas me foutre en l’air clairement. Je vais pas mentir à cette période-là c’était pas très très très joli ce qui se passait dans ma tête et ça m’a redonné de l’espoir et c’est pour ça d’ailleurs que le livre que j’ai écrit pas la suite je l’ai appelé Ne perds pas espoir 

Houria: Et vraiment il porte bien son nom ce livre. Et du coup t’a vraiment repris le contrôle de ta vie finalement ?

Sophie Kahuet: On reprends jamais vraiment le contrôle de sa vie à 100%, je pense pas d’ailleurs que ce soit le but de tout contrôler. Mais oui ça m’a aidé à reprendre les choses en main et surtout à reprendre le contrôle de mes pensées et de mes émotions. Parce que j’étais quelqu’un de très émotive très susceptible, très sensible et c’est comme si ça avait désacralisé quelque chose. Je me suis rendue compte que rien n’était réellement si grave que ça. Rien n’est très grave en soi, en fait y a un proverbe que j’aime bien dire c’est “Prends les choses sérieuses avec légèreté et les choses légères avec sérieux

Houria: C’est très joli et très parlant

Sophie Kahuet: Eh oui, y a pas beaucoup de monde qui le comprenne ce proverbe à chaque fois ils me disent je comprends pas, comment ça faut pas prendre les choses sérieuses ? Si en fait c’est-à-dire que les petits riens de la vie c’est ça qu’il faut prendre au sérieux. C’est un coucher de soleil, c’est un moment avec son animal de compagnie, avec son ami. C’est les petits riens qu’il faut prendre au sérieux et puis les choses graves qui nous arrivent il faut les prendre un peu plus à la légère

Houria: J’allais te poser la question y a-t-il un livre qui a changé ta vie ? Donc du coup ça serait

Sophie Kahuet: Le Secret oui, y en a plein des livres qui ont changé ma vie mais c’est vrai que tout est parti de celui-là quand même. Ce livre-là en particulier je dirais même le livre et le documentaire puisque c’est un tout. Ils m’ont aidé quand même à ré-appréhender beaucoup de perceptions que j’avais de la vie 

Houria: Quelle est ta définition de la réussite

Sophie Kahuet: La définition de la réussite pour moi ça serait d’arriver à atteindre ce sentiment de paix intérieur, de liberté et d’être vraiment en accord avec soi-même tout le temps je dirais. De se sentir vraiment en accord avec ce qu’on vit, ce qu’on est et ce qu’on fait. Je pense ce serait ça la réussite. Parce que la réussite en soi, on peut tous réussir demain être riche ou faire je ne sais pas quelle carrière mais si derrière cette carrière on est pas vraiment soi-même, on est pas en accord avec ce qu’on fait ou ce qu’on dit ou ce qu’on pense je suis pas sur que ce soit vraiment une réussite

Houria: As-tu une citation que tu aimes particulièrement ? 

Sophie Kahuet: J’en ai plusieurs, des citations que j’aime bien, y en a une je sais plus de qui elle est, c’est comme si t’étais sur une bicyclette, il faut continuer d’avancer pour pas tomber, c’est un peu ça dans la vie, pour garder l’équilibre il faut toujours avancer 

Houria: C’est une super leçon

Sophie Kahuet: Oui c’est des trucs tout bête mais finalement c’est vrai et moi je me rends compte souvent dans le passé je suis beaucoup tombée parce que justement je bloquais. Je m’arrêtais, je stoppais net sur des problèmes sur des situations qui me rendaient malheureuse et puis je restais bloquée dessus et j’avançais plus et quand j’avançais plus je restais bloquée sur cet évènement-là. En fait je faisais juste que creuser mon trou et puis alors je remuai et puis je me lamentais et puis j’alimenterai ça et puis je m’enterrai toute seule quoi, donc il faut avancer 

Houria: Avancer

Sophie KahuetTout le temps quoi qu’il arrive avancer 

Houria: Donc avancer et ne pas focaliser en fait sur ce qui va pas 

Sophie Kahuet: C’est ça, essayer toujours de détourner son attention. On a du mal à le faire quand ça arrive sur le moment mais quand on le fait on se rend compte que, enfin je sais pas si ça t’est pas déjà arrivé, moi personnellement si.

Houria: Bien sûr

Sophie Kahuet: Par exemple je vais me disputer avec quelqu’un, je vais être énervée, je vais être pas bien et puis j’ai le réflexe. Un réflexe qui est malheureux on est d’accord, mais j’ai le réflexe d’aller voir sur mon téléphone un petit peu ce qui se passe sur Facebook et puis là je vais tomber sur une vidéo drôle. Ça va me faire rire ça va me déconnecter de la situation et puis dans les minutes qui suivent je vais me rendre compte que finalement c’était pas si grave parce que voilà mon attention a été détourné.

C’est quelque chose qu’on a pas forcément le réflexe de faire mais je préconise ça, d’essayer le plus possible de détourner son attention. Ça veut pas dire de fermer les yeux sur ce qui va pas, c’est pas fuir c’est simplement prendre de la distance pour ensuite mieux revenir et mieux analyser la situation avec les idées plus claires 

Houria: Avec l’esprit plus calme

Sophie Kahuet: Et puis surtout avec les émotions qui sont redescendu parce que quand ça va pas on est dans des émotions qui pourront pas nous faire aller mieux dans tous les cas. Donc il faut d’abord changer son émotion, les émotions qu’on a il faut les changer et une fois qui sont changés là hop le cerveau il s’allume et on peut commencer à réfléchir correctement

Houria: Donc prendre du recul, de la hauteur

Sophie Kahuet: Exactement

Houria: Quel est la meilleur décision que tu es prise dans ta vie ?

Sophie Kahuet: Ça va pas être une réponse qui va faire plaisir à mon ex-mari mais je dirais de l’avoir quitté, c’est pas méchant mais c’est une réalité. Je pense que c’est la meilleure décision que j’ai prise parce que ma vie telle qu’elle était à l’époque avec lui n’aurait pas pu me faire aller mieux et je pense que je courais à ma perte à ce moment-là de ma vie si j’étais restée avec lui. Ça a été une décision très difficile et je l’ai très mal vécu, c’est ce qui a fait que je suis tombée en dépression à la suite de ça. Plusieurs fois j’ai regretté cette décision-là et puis quelques années plus tard maintenant je me rends compte que j’ai bien fait de prendre cette décision.

C’est pas du tout par rapport à la personne qu’il est ou quoi que ce soit au contraire, maintenant il vit ça vit et je vis la mienne et c’est très bien comme ça. Simplement j’ai compris en fait et ça m’a fait comprendre plein de choses et j’aurai jamais pu les comprendre si j’étais resté avec lui. Y a des fois je pense on a besoin de recul, de prendre de la distance de se retrouver seul pour avancer. Cheminer et puis faire un travail sur soi et des fois on peut pas le faire en fait quand on est accroché à une personne, quand on est dépendant affectivement d’une personne.

Et moi c’est ce qui a été mon cas, c’est que je me suis mariée en étant trop jeune, j’étais éperdument amoureuse, j’étais complètement accroché on va dire donc je pouvais pas réfléchir correctement en fait. C’était pas possible, j’étais trop dépendante affectivement, je me voilais la face, je pense qu’il y a beaucoup de jeunes filles qui se voilent aussi comme ça d’ailleurs, qui sont très très possessives, qui sont très dépendantes affectivement. Et en fait c’est simplement parce qu’elles essayent de régler quelque chose dans leur couple qu’elles n’arrivent pas à régler avec elles-mêmes. Et donc ça ne fait que détruire le couple au final et ça a été mon cas et c’est pour ça qu’aujourd’hui maintenant avec de la distance je me dis c’est comme ça que ça devait se passer et c’est pas grave mais je pense que c’est la meilleure décision de ma vie que j’ai prie oui, d’avoir fait le choix et d’avoir pris le risque de me retrouver toute seule 

Houria: C’était un enseignement 

Sophie Kahuet: Voilà, mais rien à voir avec la personne qu’il est, aucun rapport non non. Simplement voilà, il fallait que je passe par là

Houria: De prendre ton indépendance émotionnelle 

Sophie Kahuet: Exactement et d’ailleurs le comble c’est qu’aujourd’hui, maintenant j’adore être seule et je me pose même la question si un jour je vais réussir à pouvoir revivre avec quelqu’un. J’ai pris goût maintenant à la solitude alors qu’avant c’était impensable, avant c’était même des crises d’angoisse, ah non non fallait pas que je sois seule. Là mais au contraire, je suis aux anges quand je suis toute seule chez moi tranquille avec mon fils et mes chiens, c’est le bonheur. Donc voilà comme quoi, et du coup je sais très bien que maintenant si jamais demain je rencontrais quelqu’un, surement que ça se ferait différemment parce que y a un travail qu’à été fait et puis parce que tout simplement maintenant je sais vivre seule, je sais être heureuse seule et ça ça fait quand même toute la différence.

Y a beaucoup de personnes qui se mettent en couple alors qu’ils sont déjà pas bien eux-même avec eux-même. On peut pas prétendre à être heureux en couple si déjà avec soi-même ça va pas. C’est pas possible ou alors c’est possible mais au détriment du couple parce qu’il y en a un des deux qui va en pâtir. Donc c’est important, je pense de bien travailler sur soi en amont et ensuite après… normalement en fait dans le couple je pense que soit doit être simplement un bonus. La personne dans le couple doit être quelque part, quelque chose en plus qui vient rajouter du bonheur mais qui vient pas le combler. Ça doit pas constituer la totalité de notre bonheur, ça doit pas être comme ça, je pense qu’au contraire il faut déjà être bien et si il y a une relation de couple qui naît et bien à ce moment-là ça doit être le petit plus

Houria: Donc finalement le bonheur on le trouve en soi, c’est pas en se mariant ou en ayant beaucoup d’argent ou en ayant quelque chose, en possédant quelque chose qu’on va devenir heureux 

Sophie Kahuet: Je pense que c’est un équilibre parce que ce serait se voiler la face que de prétendre pouvoir être heureux en étant seul toute sa vie. Je pense que ça c’est un leurre et qu’on a quand même besoin de l’autre, on est des êtres social, donc on est fait, on est constitué comme ça. Maintenant il faut pas que ce soit quelque chose qui prenne trop de place. Je pense que tout est question d’équilibre et que le bonheur certes il est intérieur mais on dépend qu’on le veuille ou non, même si il faut essayer d’être le moins dépendant possible, des gens et du matériel. On dépend quand même, on est des êtres physiques, on est des êtres avec des émotions, des sentiments donc forcément on dépend un petit peu des autres pour être heureux mais, il faut pas que ce soit le plus gros de notre bonheur

Houria: Finalement trouver un équilibre et ne pas aller dans un extrême ou dans un autre 

Sophie Kahuet: C’est ça, parce que y en a plein qui vont prétendre, souvent d’ailleurs après des séparations et bon j’en ai fait partie et j’ai pensé ça à un moment donné de se dire oh c’est mort moi je veux rester seul et puis je serais très bien comme ça. C’est pas bon non plus en fait de penser ça, je pense il faut se dire simplement, si je suis bien seule très bien maintenant toute une vie seul c’est pas non plus l’équilibre, je pense qu’on est pas fait pour être seul toute sa vie non plus 

Houria: C’est vraiment une très bonne réflexion, je partage aussi cet avis

Sophie Kahuet: C’est des sujets d’actualité en même temps 

Houria: Ça pousse à réfléchir

Sophie Kahuet: C’est pas facile les relations humaines 

Houria: Ça demande à se remettre en question

Sophie Kahuet: Eh oui, complètement 

Houria: Qu’est-ce qui te rend le plus fière ?

Sophie Kahuet: Mon fils

Houria: D’ailleurs, c’est à lui que tu dédies ton livre. Dans la première page on voit que tu dédies ce livre à ton fils

Sophie Kahuet: C’est vrai que je l’ai écrit ce livre en espérant pouvoir aider des personnes qui vont pas bien et en espérant pouvoir aider mon fils aussi si un jour plus tard il va pas bien. Je prétends pas avoir le mode d’emploi mais je me dis il aura une petite ligne directive à suivre si jamais ça va pas et puis comme je suis passée par là c’est important pour moi qu’il puisse avoir les clés on va dire pour pas faire les mêmes erreurs tout simplement 

Houria: Justement ton livre Ne perds pas espoir s’est vendu à plusieurs centaines d’exemplaires sur Amazon. Il est plus actuellement disponible, mais c’est pour une bonne raison 

Sophie Kahuet: Oui

Houria: Il sera bientôt édité, quand ça ? 

Sophie Kahuet: C’est ça, alors y a pas de date précise encore, là je travaille avec mon éditrice parce que je suis en train de le réécrire un petit peu donc ça sera pas exactement le même contenu. Il sera un petit peu plus mis à jour on va dire, donc normalement ça devrait être pour début 2020

Houria: Début 2020, édité aux Éditions Guy Trédaniel 

Sophie Kahuet: C’est ça

Houria: Pour les personnes qui souhaitent en savoir plus sur ce que tu fais ou est-ce qu’on peut te retrouver ? 

Sophie Kahuet: On peut me retrouver d’une part sur Youtube L’univers de Kahuet, c’est là où je poste mes vidéos, je fais aussi des interviews sur le bonheur et puis sur Instagram. Je suis très très active sur Instagram, j’ai 3 comptes par contre, on peut ne pas comprendre en fait, c’est que j’ai un compte principal, j’ai un compte vraiment ou je ne poste que sur le développement personnel et puis j’ai un compte de peinture parce que je fais aussi de la peinture accessoirement. On peut me retrouver un petit peu par là bas 

Houria: Je termine avec ton journal de gratitude, on peut le retrouver sur Amazon c’est ça ?

Sophie Kahuet: Oui exactement, il est en ligne sur Amazon

Houria: Donc super outil pour activer la loi d’attraction si je puis dire

Sophie Kahuet: Oui, tout est lié de toute façon, la gratitude, la loi d’attraction, on met des termes sur ça mais en fait on parle tous de la même chose au final. Il y en a qui vont l’appeler la loi de la gratitude, la loi de l’attraction, c’est pareil 

Houria: D’ailleurs, je pense que y a des personnes en fait dès qu’on dit loi d’attraction, tu vois ça repousse un peu parfois de se dire qu’est-ce-que c’est que cette loi bizarre. Au final sans la nommer en fait, c’est on va dire une loi de cause à effet

Sophie Kahuet: Oui en quelque sorte, mais c’est pas forcément facile à comprendre et à appréhender et moi-même je suis pas encore au bout de toutes mes recherches par rapport à ça et j’invite vraiment les gens à se renseigner sur les travaux de Joe Dispenza et aussi de Gregg Braden. J’avais re-posté une de ses conférences sur ma chaîne Youtube qui s’appelle le pouvoir de guérison je crois et c’est une conférence qui dure 2 heures il explique merveilleusement bien d’un point de vue beaucoup plus scientifique justement sur quoi repose cette loi.

Et c’est intéressant pour sortir un peu de toute cette sphère New Age et un peu mystique alors qu’au final. On a tendance à mystifier les choses quand on les comprend pas ou quand elles sont un petit peu innovante mais je suis sur que moi dans 10, 20 peut-être que 30 ans ça y est ça sera mis sur la table et puis on en parlera comme si c’était normal. Peut-être même que dans les hôpitaux y aura des départements vraiment optimisés pour faire des séances de méditation dans l’accompagnement des thérapies pour le cancer ou autres. J’en suis sur que ça va très vite se démocratiser et qu’on va vite comprendre tout l’intérêt aussi que les médecins ont à se former sur toutes ces choses-là, en tout cas je l’espère

Houria : Je l’espère aussi, Sophie merci infiniment pour cet échange passionnant

Ressources:

(1) Emmons & McCullough 2003

(2) Il s’agit de Cathy Goodman qui apparaît dans le film Le Secret. Elle témoigne être guérie d’un cancer en 3 mois sans traitement, uniquement en pratiquant la gratitude et en regardant des films drôles. Après vérification, il se trouve que sa guérison n’a pas été durable et n’a pas survécu. Information rapportée par le magazine Succes.com

(3) Revue scientifique sur l’impact du stress sur la santé EXCLI J. 2017

(4) Strack, Martin & Stepper 1988

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About the Author Houria

Blogueuse, passionnée par le fonctionnement du cerveau et la réussite, j'étudie l'itinéraire qui mène au succès et te livre mes découvertes sur ce blog, j'aime les sbulinours aussi parce que c'est bon et bio. Ce blog c'est aussi un challenge, aller de l'avant est mon défi au quotidien, si c'est ton cas, marhaba, sois le/la bienvenu et avançons ensemble :)

follow me on:

Leave a Comment:

4 comments
Nora says 27 octobre 2019

Salam alikom ma chère soeur Houria

Que Dieu te bénisse ma soeur pour cet interview.
J’ai deux messages un pour toi et l’autre pour Sophie : merci pour cet interview les filles !
Chère Sophie, grâce à ma soeur j’ai lu ton livre il y a quelques années et il m’a vraiment aidé, à me réconcilier avec moi même et à changer mon regard sur ce qui nous arrive et que nous avons du mal à accepter et surtout à bouger voir cela comme un cadeau un privilège et non une contrainte ou une chose négative. Je te souhaite la guérison et le bonheur dans ta vie. En tous cas sache que toi comme Houria vous apporter beaucoup à moi mais j’en suis sûre à plein d’autres personnes . Qu’Allah te protège et t’accorde réussite et bonheur in cha Allah
en plus tu as retranscrit l’interview c’est trop gentil ! Merci pour ton travail ma chère soeur !
Quand à toi chère Houria tu es ma coach quotidienne qu’Allah te protège et t’accorde la réussite

amin

A bientôt

Nora

Reply
    Houria says 27 octobre 2019

    Alaykoum salam ma chère soeur Nora, heureuse que l’interview t’es plu 🙂

    amin ainsi qu’à toi, c’est trop gentil merci pour tes encouragements <3

    à bientôt et très bonne semaine à toi 🙂

    Reply
noe says 27 octobre 2019

Vous avez clairement la capacité d’apporter des sujets de qualité.
J’ai adoré l’interview et surtout la rencontre d’une personne vraiment inspirante et sûre d’elle avec beaucoup de vivacité dans ce qu’elle fait.
Merci à Houria pour le partage et merci à Sophie pour ces excellents conseils.
J’en suis ravie.

Reply
    Houria says 27 octobre 2019

    merci beaucoup Noe 🙂 avec plaisir, très heureuse que ce podcast t’es plu 🙂

    Reply
Add Your Reply

Vous êtes libre de recevoir gratuitement  363 citations inspirantes pour passer à l'action !