piège de la réussite être heureux

Comment éviter le piège de la réussite, vivre sa vie selon ses propres termes et être heureux

Note : Cet article est un article invité écrit par leblogueursouriant.

Ce que vous allez apprendre dans cet article :

  • Certains effets négatifs de la digitalisation
  • Qu’est-ce que le piège de la comparaison
  • Qu’est-ce que le piège du bonheur ou comment réussir ne nous rend pas heureux
  • Comment cheminer vers la vraie réussite
  • Les valeurs universelles gages de réussite
  • Comment être heureux même en cas d’échec

Nous vivons une période faste remplie d’opportunités. Avec les avancées technologiques et la mondialisation tout le monde peut aspirer à une vie meilleure. Nous avons un confort qui n’a jamais été connu lors des siècles précédents. 

Dans les pays développés la qualité de vie a considérablement augmenté. Nous pensons qu’aujourd’hui nous avons tous le droit au bonheur et qu’il serait plus accessible qu’auparavant. Il serait logique de croire que, proportionnellement à l’amélioration de notre qualité de vie, notre bonheur a augmenté. 

Pourtant d’après certaines études notamment de l’université de Rotterdam et de l’institut de sondage Gallup nous ne serions pas réellement plus heureux qu’auparavant. Outre ces études il est facile de voir que même les gens les plus riches peuvent ne pas être heureux. Également les taux de suicide atteignent des pics de nos jours et paradoxalement ces pics sont dans les pays les plus développés. 

Alors comment se fait-il que les portes du confort et du succès nous soient grandes ouvertes et que malgré tout il nous arrive d’être si malheureux.

  1. Les causes d’une vie malheureuse malgré tout le confort du monde moderne

L’une des choses les plus tristes de la vie, c’est de se retourner une fois parvenu à son terme, en sachant que l’on aurait pu être, faire et avoir bien plus 

Robin Sharma

L’effet négatif de la digitalisation

Dans cette ère de l’hyperconnectivité nous sommes de plus en plus connectés à l’extérieur et de moins en moins connectés à nous même. Nous passons une grande partie de notre temps sur les réseaux sociaux ou à regarder la télé. 

Ce temps que nous perdons sur les réseaux sociaux ou sur une autre forme de distraction comme les jeux vidéos (qui étaient ma grande addiction), nous coûte cher en terme d’opportunités. 

En effet nous aurions pu passer ce temps à redéfinir nos croyances, nos aspirations, nos valeurs et notre caractère. Nous aurions pu le passer en famille ou avec nos amis à enrichir nos relations. Nous aurions pu également construire un projet qui aurait impacté positivement le monde. 

Nous finissons par oublier nos rêves, passer une vie faite de passivité et d’opportunités ignorées. Le plus grand risque c’est d’arriver à la fin de ses jours, de se retourner sur sa vie et de voir tout ce que nous aurions pu réaliser, tout ce qu’on aurait pu devenir, et de quitter ce monde avec des regrets. 

Le piège de la comparaison

Un autre piège dans lequel nous tombons souvent c’est celui de la comparaison. Nous regardons en permanence la vie des autres ce qui fait que nous nous comparons à eux. Cette comparaison le plus souvent nous rend envieux et nous n’apprécions pas ce que nous avons déjà. Nous voudrions avoir ce corps de rêve, cette maison au bord de la mer, manger dans ce restaurant gastronomique, et la liste est infinie. 

In fine nous déprécions ce que nous avons et ne voyons la vie qu’à travers ce qui nous manque ce qui s’appelle en anglais « scarcity mindset » que l’on peut traduire par état de manque. Dans cet état nous avons peur de perdre ce que nous possédons et devenons avares. 

En parallèle nous voulons à tout prix accroitre nos possessions et devenir riches. Nous voulons montrer au monde notre richesse, comme tout le monde le fait. Nous ne nous focalisons plus sur notre monde intérieur, pour devenir une meilleure personne. 

Au contraire nous ne voyons que l’aspect extérieur de la vie et voulons montrer au monde que nous sommes heureux alors que ce n’est pas souvent le cas car nous sommes dans un état de manque permanent. Notre société moderne a réussi à généraliser cet état de manque comme principale motivation des gens qui recherchent à réussir leur vie.

Le piège du bonheur ou comment réussir ne nous rend pas heureux

Il parait évident que si nous voulons réussir notre vie, nous allons devoir faire des efforts, nous allons devoir partir en quête de nos rêves et nous devrons nous surpasser. C’est le discours traditionnel du développement personnel. 

Et pour beaucoup, réaliser ses rêves signifie devenir riche. Une fois que nous serons riches, nous pourrons vivre une vie de rêve, acheter tout ce que nous voulons. Et une fois que nous aurons fait tout cela, nous serons enfin heureux. Ce cheminement est la définition du succès pour la plupart des gens. Malheureusement cette quête nous rend le plus souvent malheureux car :

1-Tant que vous n’avez pas atteint votre objectif vous n’êtes pas heureux.      

Tant que nous n’avons pas atteint la réussite nous sommes dans cet état de manque défini précédemment. En effet si pour nous la définition du bonheur c’est la richesse, la réalisation matérielle (qui sont des motivations extrinsèques), nous serons malheureux tant que nous n’aurons pas réussi à devenir riche. 

Paradoxalement nous devenons malheureux à cause de notre quête de bonheur. Et cela devient plus difficile lorsque la réalisation de nos rêves demande d’accomplir des tâches que nous n’aimons pas. 

Nous allons passer des heures à faire des choses qui ne nous motivent pas pour atteindre la réussite matérielle, c’est la voie royale vers le burn out ou la dépression. 

Dans cette situation, notre cerveau ne secrète pas assez de dopamine, neurotransmetteur central de la motivation, qui nous facilite l’apprentissage, la créativité et la mémorisation, des compétences incontournables pour notre réussite. Et le pire c’est que :

2-Une fois le succès atteint nous pouvons ne pas être heureux

« Le succès sans le bonheur est l’ultime échec »

Tony Robbins

Imaginons que grâce à nos efforts et notre détermination, nous soyons parvenus à atteindre nos objectifs. Nous avons enfin cette villa de rêve, cette augmentation salariale, ces vacances inoubliables. 

Nous allons ressentir une grande joie sur le moment. Mais petit à petit cette joie commence à s’estomper, et plus le temps passe et plus on s’habitue à toute ces nouvelles choses que l’on possède et finalement notre bonheur retrouve quasiment son niveau de départ.

 C’est ce qu’on appelle l’adaptation hédonique qui est la tendance de l’être humain à revenir à un niveau de bonheur stable malgré les événements positifs ou négatifs de la vie. Parvenir à réaliser ses plus grands objectifs sans être heureux peut être la plus grande désillusion de la vie.

Par la suite nous allons nous fixer un objectif encore plus grand pour ressentir à nouveau ce pic de bonheur même s’il n’est que momentané. Nous devenons alors prisonniers de nos objectifs, jamais rassasiés, toujours en quête de ce que l’on ne possède pas, au détriment de notre vie intérieure et de notre famille. 

Combien de personnes sont riches matériellement mais sont malheureuses jusqu’à vouloir s’en donner la mort. C’est à cette course effrénée où l’on se perd que s’adonne la majeure partie des gens. Mais il y a un moyen pour ne pas tomber dans ce piège de la réussite.

  1. Cheminer vers la réussite selon ses propres termes

Redéfinissez le succès selon vos propres termes 

« Ne visez pas le succès car on ne peut pas poursuivre le succès, pas plus qu’on ne peut poursuivre le bonheur. Ils ne sont que des effets secondaires du dévouement que l’on manifeste pour une cause plus grande que soi-même ou qu’une autre personne. Le bonheur, comme le succès arrive quand on ne s’y attend pas. Ecoutez ce que votre conscience vous dicte et agissez au meilleur de votre connaissance. Alors vous verrez qu’à la longue, le succès vous viendra précisément parce que vous n’y pensiez pas. » 

Victor Frankl

Un de mes meilleurs amis avec qui j’ai fait mes études d’ingénieur était très brillant et noble de caractère. A la fin de notre cycle d’ingénieur, il a effectué un doctorat en électronique et son titre de docteur en poche, à la surprise générale, il n’a pas choisi le chemin tout tracé d’un poste confortable en tant que docteur.

 Non, lui ce qu’il voulait profondément c’est participer à l’éducation des futures générations. Malgré les conseils de son entourage, il a choisi de devenir enseignant et a même accepté de commencer par les jardins d’enfant.  

Maintenant à chaque fois que l’on se voit il nous raconte sa vie passionnée d’enseignant et surtout à quel point il est heureux, bien que cela ne soit pas facile tous les jours. Mon ami a eu le courage de choisir sa propre définition de la réussite, sans prendre en compte les standards de la société. Le résultat c’est qu’il mène une vie qui a du sens pour lui et cela le rend heureux. 

L’histoire de mon ami nous donne la solution pour ne pas tomber dans le piège de la réussite : il faut définir le succès selon vos propres termes. 

C’est également pourquoi j’ai décidé de devenir blogueur dans le développement personnel, alors que j’ai toujours écouté les conseils de mon entourage concernant mes choix de carrière. J’ai cette envie profonde de m’améliorer et d’aider les autres.  

 D’après Steven Covey, auteur des 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent, il faut commencer avec la fin en tête, c’est-à-dire qu’il faut définir au préalable ce que nous voulons personnellement et non en se basant sur les normes de la société pour se fixer ses objectifs de vie.

 Stephen Covey a proposé une méthode assez singulière pour se fixer des objectifs de vie : Imaginez votre propre mort et demandez-vous ce que vous auriez aimé laisser au monde et ce que vous auriez aimé que vos proches disent de vous. C’est un exercice assez difficile mais tellement puissant pour créer des aspirations motivantes. 

Définir soit même ses propres objectifs leurs donnent du sens, ce qui est la base même de la motivation. En plus de Stephen Covey, c’est ce que prône Simon Sinek en conseillant de commencer par le pourquoi et ce pourquoi doit être personnel pour être puissant, ce qu’on appelle motivation intrinsèque. 

Cette source de motivation est la plus à même de nous faire réussir. Pour définir votre pourquoi, prenez un moment seul, un stylo et du papier et faites  une introspection. Qu’est-ce qu’une vie réussie pour vous ? D’après vos croyances et vos valeurs personnelles, qui devez-vous devenir et que devez-vous faire pour être fier de vous et ne pas emporter de regrets dans votre tombe ? 

Les réponses à ces questions varient selon chaque personne mais malgré nos individualités il y a des sources de motivation communes à l’être humain qui garantissent une vie épanouie et heureuse ce qui est la définition même de la réussite.

Les valeurs universelles de réussite

« La réussite, c’est le processus par lequel on s’efforce de devenir plus. C’est la possibilité de se développer sur le plan affectif, social, spirituel, psychologique, intellectuel et matériel, tout en apportant quelque chose de positif aux autres »

Tony Robbins

Les études en psychologie positive et les enseignements religieux se rejoignent sur le fait qu’il y a certaines choses qui rendent l’être humain heureux, peu importe nos différences. Lorsque l’on fait des activités pour devenir meilleur, pour aider les gens et pour renforcer nos connexions sociales et spirituelles, nous rentrons en étant de flow, travaillons avec joie et augmentons nos chances de réussite. 

C’est ce que j’appelle les 3C de la réussite : la Croissance personnelle qui consiste à devenir une meilleure personne en augmentant nos compétences et nos qualités, la Contribution qui consiste à aider les gens et servir le monde et la Connexion qui est le fait de cultiver nos relations sociales et surtout notre relation avec notre Créateur. 

Lorsque vos objectifs de vie et votre « pourquoi personnel puissant » sont alignés avec ces 3C vous deviendrez une meilleure personne et votre entourage s’améliorera également. 

Vous produirez plus de dopamine, serez heureux avant même d’atteindre vos objectifs et vous serez ainsi plus motivés et performants. Dans cet état vous accroissez drastiquement vos chances de réussite.

La difficulté est certaine, mais le succès ne l’est pas 

« Nous ne pouvons promettre le succès, mais nous pouvons devenir le genre de personne qui mérite de réussir »

Eric Greitens

Définir soit même ce qu’est la réussite, en se basant sur les 3C est donc fondamental. Aussi par ce que si nous avons de grandes ambitions, les chances d’échecs deviennent plus élevées. Cette peur de l’échec freine énormément de gens dans leurs projets, et en tant que blogueur, cette peur m’est quotidienne. Mais si ce que l’on poursuit a du sens, et de l’importance pour nous, alors même en cas d’échec nous serons satisfaits de ce que nous avons fait. 

Cette peur sera toujours là, mais nous réussirons à la dépasser car notre pourquoi puissant nous attire comme si c’était un champ magnétique.

Nous serons heureux de poursuivre un but que nous avons choisi, qui nous motive vraiment, même si nous ne l’avons pas encore atteint contrairement à celui qui a des motivations externes, qui n’est pas satisfait même en cas de réussite. 

Vous n’aurez pas peur de l’échec car même si vous n’atteignez pas votre objectif, au moins vous aurez réussi à devenir meilleur, aider les gens et développer vos connexions sociales et spirituelle. 

« Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme ».

Winston Churchill 

Vous aurez plus tendance à être reconnaissants pour tout ce que vous avez accompli et qui vous êtes devenus. Cette joie de poursuivre votre pourquoi est votre plus grand atout vers la réussite. 

  1. Conclusion

« Le bonheur ne vient pas du succès mais le succès peut venir du bonheur »

Dave Asprey 

La société nous définit le bonheur et la réussite comme l’accumulation de divertissements, de plaisirs et de biens matériels. Néanmoins ce chemin peut nous mener au malheur et à une vie vide où vous n’auriez pas révéler tout votre potentiel et contribuer au bien commun. 

Pour éviter cela nous devons définir nous-même ce qu’est la réussite en nous basant sur les 3C : la Croissance, la Contribution et la Connexion. Cela ne garantit pas l’atteinte de vos objectifs, mais vous serez plus motivés et surtout vous serez heureux en poursuivant vos objectifs ce qui augmentera vos chances de réussite.

 Vous vous améliorerez continuellement, tout en aidant les gens et en vous enrichissant socialement et spirituellement. 

Ces 3C sont à la portée de tout le monde et sont interconnectés car plus vous deviendrez une meilleure personne, plus vous aurez tendance à aider les gens et plus vous vous élèverez spirituellement et socialement. Cela marche dans les autres sens également.

Vous éviteriez ainsi le piège de la société et aurez une vie riche, accomplie et sans regrets. Vous aurez exploité toutes vos capacités et serez devenu la meilleure version de vous-même.

 Un grand merci à Houria pour m’avoir permis de partager cet article avec vous

 Courageusement vôtre

Leblogueursouriant

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About the Author Le blogueur souriant

Via mon blog Le Blogueur Souriant. j'aimerai partager avec toi tous les enseignements que j'apprends et qui pourraient nous faire devenir une meilleure version de nous même et faire des choses incroyables. Mon but est d'aider un maximum de personnes à atteindre tout le potentiel qu'ils ont et à mener une vie épanouie. Ah et j'oubliais moi c'est Mouhamadou aka leblogueursouriant, enchanté 😉

follow me on:

Leave a Comment:

2 comments
Nasledniki.com.ua says 28 septembre 2019

La plupart des gens ont une vision positive des carrieres en sciences. Ou est le piege? Les sciences n’offrent-elles pas des emplois stables, stimulants et bien remuneres? Ce livre donne les outils pour eviter de mauvaises surprises.

Reply
Add Your Reply

Vous êtes libre de recevoir gratuitement  363 citations inspirantes pour passer à l'action !